Follow by Email

jeudi 25 novembre 2010

Un professeur suspendu à Manosque

Sommes nous en régime totalitaire? On peut légitimement poser la question à la suite de la suspension administrative d'un professeur de Manosque qui a fait passer une vidéo montrant ce qu'est un avortement

Un professeur doit montrer la réalité des faits. Les élèves, le public peut alors se prononcer, même contre les idées que nous défendons. C'est cela ne pas être en régime totalitaire...

Par ailleurs, "cachez ce crime que je ne aurais voir". Quelle stupidité dans les propos de cette parente d'élève: on n'a pas pu regarder la vidéo jusqu'à la fin...La vidéo ne peut pas ne pas traumatiser des adolescents en construction,.mais ils doivent pouvoir choisir leur sexualité et s'ils pratiqueront avortement et "contraception"....

Il est vrai que sous le matraquage des nouveaux Gobbels qui règnent dans les médias, il est parfois difficile à de pauvres citoyens sous perfusion télévisuelle de se rendre compte de leurs propres contradictions, du servage intellectuel de ceux qui se croient libres ( le "top" du totalitarisme).

Félicitations au très dynamique mouvement France Jeunesse Civitas d'avoir relayé l'information dans son excellent blog, et au tous aussi excellent blog e-deo d'avoir relayé l'information.

Alors que faire?

Peut-être une action de téléphonie en direction du Lycée?

Il faut "taper" plus haut:
- cabinet du recteur d'Aix Marseille: 0442917104;
- pour ne pas dire au bureau du cabinet du ministre de l'éducation nationale (lettres de protestation) qui donne les ordres aux grands commis qui se couchent pour avancer encore:
Ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative
110 rue de Grenelle
75357 Paris SP 07
(accueil téléphonique ministère)



samedi 20 novembre 2010

19/11/2010 – 19h00

ROME La laïcité à toutes les sauces énerve Benoît XVI. Pour le souverain pontife, la laïcisation accélérée des sociétés européennes risque de « détruire la liberté religieuse en se proposant comme une vraie dictature », a constaté le pape aujourd’hui au Vatican, lors d’une journée de réflexion avec les cardinaux du monde entier.

« Nous nous trouvons dans un moment difficile pour la liberté d’annoncer la vérité de l’Évangile et les grands acquis de la culture chrétienne », a confié Benoît XVI, en présentant les thèmes de la matinée : liberté religieuse et importance de la liturgie.

Les cardinaux ont évoqué aussi les « graves difficultés que l’Église rencontre dans la défense des valeurs fondées sur les droits naturels, comme le respect de la vie et de la famille », ainsi que le problème de « liberté religieuse dans les pays musulmans
».
[ origine: http://fr.novopress.info]

mercredi 10 novembre 2010

Jeudi 11 novembre à 16h00 au cimetière d'Igny-Comblizy


- Pour que nos morts reposent en paix dans l'attente de la résurrection;
- pour que la Croix du Christ veille sur eux;
- pour que la prière des vivants vienne au secours des âmes du Purgatoire;
- pour que cessent ces profanations anti-chrétiennes.
Cérémonie organisée par les prêtres de la Fraternité St PieX
Prieuré Notre-Dame de fatima
3, rue Charles Barbelet
51360 Prunay
tel. 03 26 61 70 71

lundi 8 novembre 2010

Profanations anti-catholiques : Il est temps de crier notre indignation !

Les profanations contre les tombes, les calvaires et les lieux de culte catholiques se multiplient ces derniers temps, au milieu de l’indifférence des autorités et des médias, intéressés uniquement par ce qui touche les juifs ou les musulmans.

Le Ministère de l’Intérieur a recensé, à la date du 3 novembre dernier, un total de 485 profanations en France depuis le début de l’année, qui concernent soit des cimetières soit des lieux de culte. L’immense majorité de ces profanations (85 %) s’en prend aux symboles et aux lieux de culte catholiques.

Parmi les faits les plus récents, citons :

  • Le caillassage des fidèles assistant à la messe du 2 novembre à Carcassonne. Deux jeunes gens se sont introduits dans l’église durant la messe, ont lancé sur l’assistance des cailloux et des projectiles avant de prendre la fuite.

  • La profanation du Saint Sacrement dans l’église Saint-Laurent de Billière, près de Pau (Pyrénées Atlantiques), le 29 octobre. Le tabernacle a été forcé et les hosties consacrées qu’il contenait ont été éparpillées sur le sol. Le maire, Jean-Yves Lalanne, a osé déclarer à cette occasion : « C’est une incivilité, un acte de petite délinquance » !

  • Tous près de Reims, dans la Marne, dans le cimetière d’Igny-Comblizy, ce sont 127 tombes, oui, vous avez bien lu : 127 tombes, qui ont été profanées dans la nuit du 23 au 24 octobre (61 stèles ont été brisées ou renversées, 66 endommagées). Un jeune homme de 15 ans a été arrêté. Le substitut du Procureur s’est empressé de déclarer : « Il n’y a aucune connotation religieuse ni raciste. La piste de l’alcoolisation semble la plus probable ». Evidemment, il ne peut s’agir que d’un banal fait divers, à relater à la page des chiens écrasés, car il s’agit de profanations anti-catholiques. Le maire, Michel Rifflard, reste dubitatif : comment un adolescent de 15 ans, décrit comme gringalet, aurait pu seul détruire et endommager un si grand nombre de stèles ?

Avez-vous entendu parler de ces faits graves dans les journaux ou sur les ondes ? Très probablement non : ces faits ne sont exposés que dans des petits entrefilets de la presse régionale. Seuls des blogs comme Indignations réalisent le travail courageux de les recenser.

Avez-vous entendu des déclarations indignées de nos hommes politiques, du Président de la République, du Ministre de l’Intérieur, du Préfet ? Rien. Silence assourdissant. Ce ne sont que des croix que l’on brise, des hosties que l’on profane, des sépultures de chrétiens que l’on viole.

La fréquence de ces profanations augmente et rien n’est fait pour arrêter cette spirale de la haine anti-chrétienne. Les groupes satanistes prolifèrent (le festival de musique rock sataniste dénommé Hellfest, la fête de l’enfer, est financé par le Conseil Régional des Pays de la Loire), les grands medias adoptent une ligne de plus en plus anti-cléricale et haineuse envers l’Eglise catholique, les populations musulmanes se radicalisent et on rejette les signes chrétiens encore présents dans la société, comme le simple fait de mettre un sapin de Noël dans un lieu public.

Nous crions notre indignation devant ces attaques insupportables et répétées qui atteignent tout ce que nous avons de plus sacré : le respect dû à nos morts, la croix du Christ, les images de Notre-Dame et des saints, les églises et, au-dessus de tout, les hosties consacrées. Nous exigeons des pouvoirs publics qu’ils fassent leur travail pour assurer aux catholiques et à leurs lieux de culte la sécurité et le respect.

N’hésitez pas à faire connaître au Préfet du Département votre indignation, notamment au sujet des profanations du cimetière d’Igny-Comblizy. Si nous ne faisons rien, demain, ce sera votre église qui brûlera et les tombes de vos ancêtres qui seront profanées.

Pour notre part, nous avons transmis la lettre suivante ( cliquez sur les deux mots en bleu précédents).

Rejoignez-nous, et au plan national, venez militer au sein de Civitas et Civitas jeunes.