Follow by Email

mercredi 27 avril 2011

Faire toute la lumière sur les aides publiques à la collection Lambert

Nos amis de Chrétienté Solidarité viennent d'entreprendre une excellente démarche.
Nous reproduisons l'article publié par Bernard Antony, mais avant de le faire, nous le redisons encore ici que demander le retrait de la photo "piss Christ" c'est évidemment nécessaire, mais que l'essentiel est de demander l'annulation des aides publiques accordées à la collection Lambert au regard de la provocation anti-chrétienne ( où la profanation passe par le scatologique) contenue dans plusieurs des "oeuvres" d'Andres Sérano ( pas uniquement la photo "Piss Christ").

Par ailleurs, on peut légitimement se poser la question de savoir si un tel niveau d'aides publique est compatible avec la règlementation nationale et surtout européenne.

Un autre questionnement possible est celui de savoir si une estimation des 350 "oeuvres" qu'Yvon Lambert a promis de donner à l'Etat a bien été faite antérieurement à l'attribution des aides publiques. S'il y a contrat de cession, il y a eu estimation. Comment d'ailleurs estimer la valeur future de telles "oeuvre" alors même que "l'affaire" (le contrat?) aurait été décidée/conclue en 2000.
De plus, curieuse cession à terme, à intervenir en 2030 ( une prescription des "obligations" est-elle envisageable après ce délai trentenaire?).

Y-a-t-il d'ailleurs contrat puisque la commune d'Avignon allongé sa participation de 216 000 à 240 000 € et versé un chèque de 45 000 € pour Noël, à la suite de la menace (?) de la collection Lambert proférée en décembre 2010 d'aller dans une autre ville au regard du fait qu"Avignon ne mérite pas un tel cadeau" ( cf. le journal Minute du 13 avril 2011) ?

Voilà bien des zones d'ombres à éclaircir et sur lesquelles au moins les Représentants de l'Etat dans le Vaucluse et en Provence Côte d'Azur pourraient se pencher dans le cadre de leur mission de contrôle budgétaire. Même remarque pour ce qui est de la Chambre Régionale des Comptes ( même si on sait que les remarques des CRC et de la Cour des Comptes ne débouchent que sur un "épinglage" sans conséquence, ces instances jugeant les comptes et non les comptables et ne se traduisant le plus souvent sur rien de concret...).

Au regard de l'importance ce dossier, une implication de Matignon avec enquête conjointe de l'inspection Générale des Finances et de l'Inspection Générale de l'Administration pour le fonctionnement des services de l'Etat, mais aussi une mission parlementaire seraient probablement souhaitables.


Commissaire colonel (e.r.) Jean-Claude Philipot
Président de l'Association Marnaise Christianisme et Société.

_________________________________________________________________

Article tiré du blog de Bernard Antony:

"Sollicités par l'AGRIF, deux parlementaires interpellent le Premier Ministre au sujet du financement public de la Collection Lambert."

L'AGRIF a saisit un certain nombre de parlementaires au sujet du financement public de la Collection Lambert qui dispose d'un budget de fonctionnement annuel d'un million d'euros, financé à 40% par l'Etat, 40% par la Région Paca et 20% par la Ville d'Avignon, sans compter les aides en nature du Conseil général de Vaucluse.
La semaine passée, le député UMP Bernard Debré nous a informé qu'il travaillait sur les modalités de création d'une commission d'enquête parlementaire à ce sujet.
Ce mardi, Marie-Jo Zimmermann (député UMP) et Jean-Louis Masson (sénateur non inscrit) nous ont fait savoir qu'ils adressaient une question écrite à François Fillon sur ce financement".



mardi 26 avril 2011

Serrano? un habitué de la profanation par le scatologique pour faire du fric

Nous reprenons l'article d'Yves Darchicourt, tiré du site Synthèse nationale

samedi, 23 avril 2011

"Piss Serrano, tirons la chasse !"

3262239811.jpgPar Yves Darchicourt

"Le grand coup de gueule citoyen n'aura pas suffi, l'exposition "Je crois aux miracles" continue en Avignon avec comme "oeuvre" phare le Piss Christ de Andres Serrano, l'Afro-cubain catapulté artiste photographe et créateur de génie par les galleristes new-yorkais dont on connait, sinon le goût en matière artistique, du moins le nez infaillible pour faire du fric avec les parvenus du monde entier, irrésistiblement attirés par le scandaleux, le scatologique, le macabre et le pornographique. Le gugusse est une trouvaille dans le genre, un omnubilé permanent du sexe, du morbide et du pervers sur fond de fantasmes religieux, le tout intimement mêlé dans des montages du style "défunt au chapelet reposant sur un sexe exhibé", "femme torturée à côté d'un cardinal" ou encore "religieuse s'adonnant au plaisir solitaire". On l'aura compris, ce n'est pas n'importe quelle religion qui est l'objet des élucubrations dégénérescentes de l'olibrius qui se garderait bien de fixer pour l'éternité une "main de Fatima dans la culotte d'un zouave", des "rouleaux d'étrons dans l'Arche d'Alliance" ou une grandissime "défécation des droits de l'homme"... Pour réussir dans le genre, l'homme se devait de donner dans le christianophobe et plus particulièrement dans le catophobe !

C'est sans doute ce qui explique l'ampleur médiatique donnée au raid iconoclaste de dimanche dernier et aux glapissements indignés du monde politico-boboesque. L'affaire va sans doute doper les ventes des futurs tirages de la photographie mais elle permettra aussi de faire remarquer qu'en France, le cliché d'un Christ en Croix plongé dans l'urine est exposé et protégé comme création artistique alors que dans le même temps un jeune homme est condamné pour avoir pissé sur un Coran.

Et puis nos compatriotes seront aussi heureux d'apprendre que cette exposition présente la collection du richissime négociant en "art" et soit-disant mécène Yvon Lambert dont la Fondation éponyme est subventionnées à 100% par des fonds publics (Etat-PACA-ville d'Avignon qui lui a octroyé en outre un petit Noël de 45 000 €) : un million d'euro par an en échange d'une promesse de don à l'Etat de 350 bidules rebaptisées "oeuvres"... en 2030 !

L'argent du citoyen-contribuable détourné par de prétendues "élites intellectuelles" pour financer les aberrations pseudo-artistiques d'invalides du neurone cornaqués par des spéculateurs en "art contemporain", voilà qui, au-delà des coups de gueule, pourrait bien justifier des coups de triques".

vendredi 22 avril 2011

Scandale du Piss Christ exposé avec des fonds publics

Quand même l'Humanité, quotidien du Parti Communiste Français prend une position officiellement plus respectueuse des chrétiens et dit ses quatre vérités sur le pseudo artiste Sérano quand le député maire d'Avignon, qui apporte 40% du budget de fonctionnement de la Collection Lambert d'Avignon, se lave les mains à la "Pilate" sur ce qui est tout de même exposé avec le fric des contribuables de sa ville, de son département, de la région ou de France en général puisque ville, département, région et Etat aident...

L'article de François Tallandier ne respire entièrement pas le catholicisme, mais il est intelligent et plein de bon sens...

Dans le même temps, absence de réaction des grands ténors de l'UMP ou parlementaires, à quelques trop rares exceptions près, comme celle du professeur Debré aux propositions courageuses et radicales - les seules qui auront une action "structurante" (annuler les subventions à la Collection Lambert).

Une fois n'est pas coutume. Nous renvoyons sur l'article de l'Humanité de François Taillandier du 21 avril 2011.


jeudi 21 avril 2011

Demander la suppression des aides publiques pour la fondation Lambert



Nous venons d'apprendre par le site Nouvelles de France que le référé plaidé par l'Alliance Générale contre le Racisme et pour l'identité Française (AGRIF) avait été rejeté. L'AGRIF a été condamnée à verser à la collection Lambert 5 000 euros de dommages et intérêts pour le « préjudice » qui lui aurait été causé par cette action et à payer les dépens du procès d’un montant de 3 000 euros. L’association antiraciste a annoncé qu’elle allait interjeter appel de cette décision l'AGRIF. On se croirait en plein stalinisme.

Selon Nouvelles de France, l’avocat de la collection Lambert ainsi que les juges auraient choisi de s’inspirer, au moins de façon indirecte, du livre de Mgr Rouet et Mgr Louis « L’Église et l’Art d’avant-garde » pour motiver leurs conclusions.

Pour nous, ce n'est pas parce qu'il y a eu quelques divagations pour la modernité jusqu'à ses pires excès exprimées par certains, deux d'entre-eux fussent-il évêques, que le "piss Christ" ne comporte pas un message fort à caractère volontairement sacrilège. Le bon sens de la "base" , le "sensus catholicus" ( ce bon sens catholique) est là qui dit ce qui est acte sacrilège et ce qui est de l'art.

Le premier scandale reste bien celui révélé dans toute son ampleur par le journal Minute du 13 avril selon lequel la collection Lambert en Avignon dispose d'un budget de fonctionnement subventionné à 100% par des fonds publics (40% Etat, 40% ville et 20% région), le département mettant quant à lui un hôtel particulier à sa disposition. Cette approche réaliste, qui a été tout de suite la nôtre, est également celle du Professeur Debré: Il faut annuler ces subventions. Il faut annuler le contrat scandaleux par lequel la Collection Lambert en Avignon recevrait, selon Minute, 1 000 000 € par par pendant 10 ans contre le don de ses 350 "oeuvres" d'artistes autoproclamés ou mis sur le pinacle par un galeriste profitant de la bêtise, du snobisme ou de l'anti-christianisme de quelques bobos. il serait également intéressant de rechercher si un tel niveau d'aides est compatible les règles nationales, mais surtout communautaires.

L'affaire du piss Christ est ponctuelle. C'est en touchant aux subventions scandaleusement remises aux promoteurs de telles expositions, en appelant les consommateurs à se faire respecter des grandes sociétés qui les appuient qu'on aura une action plus structurante. C'est pour nous dans ce sens que nous invitons nos correspondants à écrire à leurs élus.

Nous signalons par ailleurs que la pétition lancée par Civitas continue.
Faites la signer dans votre entourage et suivez l'action que nos
amis conduisent.

http://www.defendonslecrucifix.org/

lundi 18 avril 2011

"Piss Christ". Ne pas oublier les deux vraies questions posées par l'exposition d'Avignon

Nous apprenons que la pseudo "oeuvre" Piss Christ" aurait été endommagée le 17 avril lors d'une action entreprise par deux ou trois personnes. Cet action traduit l'état d'exaspération dans lequel les provocations anti-chrétiennes peuvent conduire certains. Par contre nous signalons ici que deux problèmes fondamentaux posés par cette exposition restent toujours d'actualité:

- les limites de l'art: jusqu'où peut-on aller contre ce qui est considéré comme sacré au regard des convictions religieuses d'une partie de la population ( en l'occurrence plus de 64% de la population )? N'en déplaise aux intellectuels gauchistes spécialisés dans la subversion des esprits, aux militants athées hurlant aux libertés élémentaires et aux bobos croyant intelligent d'applaudir toute création sortant des normes d'esthétisme et de bienséance définies par des siècles de civilisation;

- Surtout - et c'est le point essentiel sur lequel nous avons insisté dès le début- scandale inadmissible d'un financement public ( en l'occurrence un budget de fonctionnement de la Collection Lambert en Avignon à 100% sur fonds publics) d'une fondation exposant des productions dont l'anti-christianisme n'a rien à envier à celui mis en oeuvre dans les pires dictatures marxistes à l'athéisme d'Etat ( la photo "piss Christ" n'était pas la seule, même si elle était emblématique).

C'est ce dernier point qui est de loin le plus important. L'action physique précitée ne doit pas être l'occasion pour tous ceux qui ont manifesté leur opposition à cette scandaleuse exposition à ne pas poursuivre une action de protestation vis à vis des élus sur l'utilisation scandaleuse des crédits publics pour une exposition de ce type.
Cette question en contient une autre: scandale posé par un tel financement public mis en oeuvre sous un gouvernement dit de "droite" arrivé en place après des élections où de nombreux chrétiens ont pensé pouvoir accorder leur confiance à la majorité présidentielle face à une gauche qui avait essayé de tuer l'école libre en 1984.

PS: Nous soulignons ici l'excellent entretien accordé à Nouvelle de France par Mgr CATTENOZ, archevêque d'Avignon, dont on ne peut que saluer le courage dans la dénonciation d'une probable implication de la franc-maçonnerie dans l'exposition en cause.

jeudi 14 avril 2011

Le journal Minute du 13 avril 2011 (n° 2707) contient un article sur "Provocations sur fonds publics en Avignon". Michel Janva dans le salon Beige, le 12 du mois, nous en donnait l'extrait concernant l'ignobe exposition organisée par la fondation Lambert.

La fondation Lambert dispose en Avignon « d'un budget de fonctionnement d'un million d'euros financé à 40% par l'Etat, 40% par la ville et 20 % par la région »..En vertu d'un convention signée en l'an 2000, pour exposer 350 pièces de la collection Lambert, le conseil général du Vaucluse a mis à sa disposition l'hôtel particulier qu'il possède rue Violette, et L'Etat, la ville et la région ont accepté de cracher au bassinet ». En échange Yvon Lambert a promis de donner ses 350 pièces à l'Etat en 2030.

Les aides publiques servent à acquérir d'ici 2030 leurs "oeuvres" de merde.

A toutes les périodes, des sacrilèges ont été pratiqués. ils l'étaient, sauf rares exceptions, "en privé" ou en petit groupes liés aux Loges qui agissaient discrètement.

Aujourd'hui, sous un gouvernement dit de "droite", Sarkozy régnant, on va plus loin: on expose le blasphème au public avec un financement public. Un pas immense a été franchi. SI on était ex URSS ou en Chine des années Mao, ce ne serait pas pire. C'est pour nous, dans une approche réaliste, le premier scandale.

Alors?

1) Allez sur le site mis en place d'urgence par l'institut Civitas. Il permet de dresser une pétition et surtout d'envoyer automatiquement une protestation à l'adresse courriel des principaux organisateurs: http://www.defendonslecrucifix.org/

2) Téléphonez aux organisateurs et à leurs sponsors:

Maire d’Avignon : 04 90 80 83 85

Club des actionnaires de LVMH1 : 01 44 13 22 22

Michel Vauzelle, Pt conseil régional PACA : 04 91 57 50 57

Galerie Lambert (Paris) propriétaire du « Piss Christ » : 01 42 71 09 33

Galerie Lambert (Avignon) où est exposé le « Piss Christ »: 04 90 16 56 20

3) Ecrivez votre indignation aux parlementaires de la Marne, à votre maire - s'il est de la majorité présidentielle- en soulignant qu'il est une honte de financer une fondation possédant et exposant une telle provocation anti-chrétienne.

Nous avons écrit le 10 avril aux 5 députés UMP de la Marne. (cf ici en pièce jointe copie de celle envoyée à M. Jean-Claude Thomas) Vous pouvez aussi faire de même. Il faut que l'exposition ferme ou que la photographie Piss Christ soit retirée avant la clôture de l'exposition le 8 mai. Il faut surtout qu'il n'y ait plus de scandale pareil et que nos élus nous respectent.

La force de nos adversaires, c'est d'abord nos propres lâchetés.

___________________________________

1 ) LVMH figure sur l'affiche, ainsi d'ailleurs que la SNCF

mardi 12 avril 2011

"Piss Christ": un "oeuvre" anti-chrétienne sacrilège dans le cadre d'une fondation dont le fonctionnement est aidé à 100% par des crédits publics

Nous reprenons l'information de Michel Janva, parue sur le Salon Beige ce 12 mars 2011 qui cite le journal Minute.

L'information est de taille. Le scandale d'Avignon est encore plus énorme qu'on pouvait l'imaginer:

La scandaleuse exposition d'Avignon avec la photo volontairement sacrilège est organisée par la Fondation Lambert dont le budget de fonctionnement est composé de 100% de fonds publics.

On est sous la Vième République, avec l'UPM Sarkozy au pouvoir , mais on aurait pas eu pire en URSS ou dans la Chine sous Mao...

La collection Lambert, sous perfusion de subventions

Lu dans Minute, qui relate le scandale en Avignon :

"le mécène Yvon Lambert, galeriste qui a fait fortune sur la place de Paris, n’est pas privé de subventions… publiques! En Avignon, sa Fondation dispose d’un budget annuel de fonctionnement d’un million d’euros, financé à 40% par l’État, 40% par la ville et 20% par la région! Pourquoi ce cadeau? En vertu d’une convention signée en l’an 2000, pour exposer 350 pièces de la collection Lambert, le conseil général du Vaucluse a mis à sa disposition l’hôtel particulier qu’il possède rue Violette, et l’Etat, la ville et la région ont accepté de cracher au bassinet. En échange, Yvon Lambert a promis qu’en 2030 il ferait don de ces 350 pièces à l’Etat. Quand on sait que les réserves de nos musées sont encombrées d’un bric-à-brac dont on ne sait plus que faire, on ne voit pas trop l’intérêt… Pourtant, malgré le traitement de faveur dont il bénéficie, Yvon Lambert n’est pas toujours content. En décembre dernier, il a ainsi menacé de quitter Avignon, une ville qui selon lui «ne mérite pas un cadeau pareil»! Un chantage payant. La ville a augmenté sa subvention, qui est passée de 216000 à 240000 euros par an, et, pour Noël, elle a accordé une subvention exceptionnelle de 45000 euros! Et pour fêter cette réconciliation, qui s’est faite sur le dos du contribuable, Yvon Lambert a inauguré une nouvelle exposition, «Je crois aux miracles», avec sur les affiches officielles la pièce maîtresse… le fameux Piss Christ! De quoi nous faire regretter l’urinoir de Marcel Duchamp…"

Michel Janva

mardi 5 avril 2011

Réagissons face à la provocation anti chrétienne "piss Christ"


A Avignon, une exposition appelée “je croix aux miracles” est organisée par la Collection Lambert autour de la photo d’un Christ plongé dans l’urine intitulée "piss Christ". Des affiches de cette photo blasphématoire du nom de « Piss Christ », ont été exposées publiquement dans les rues de la ville.


Réagissons face à cette nouvelle provocation anti chrétienne. N'oublions pas que l'adversaire est fort de nos faiblesses et qu'il attaque toujours plus en avant jusqu'à nous écraser quand aucun coup d'arrêt ne lui est pas porté.


Civitas a mis en place un site internet qui permet d'envoyer automatiquement une protestation type dans la boite courriel des organisateurs ou d'une partie de ceux qui apportent leur soutien financier à cette exposition.

(cliquez sur l'image "Pour l'honneur du crucifix" ou sur le lien "site internet)


Téléphonez aussi aux numéros indiquez. Protestations écrites avec saturation de la boite courriel et appels téléphoniques sont efficaces...