Follow by Email

jeudi 19 juillet 2012

Lu dans Novopress

"18/07/2012 – 08h00
PARIS (NOVOpress) –
Le documentaire « Parlons de l’islam » de John Paul Lepers sera diffusé le lundi 23 juillet à 15h20 sur Planète+ No Limit, puis le 6 août à 1h05. Sa première apparition à l’écran date de 2010 sur France 4. Au volant de son camping car, le journaliste a sillonné l’Hexagone afin de recueillir l’avis des Français sur la religion musulmane. Le projet avait pour but de présenter l’islam sous un bon jour. Dans le même esprit que le film que John Paul Lepers avait réalisé sur les gens du voyage en 2009.
Sur son camping-car, John Paul Lepers n’a pas osé écrire le titre initial du reportage : « Qui a peur de l’islam ? », mais a opté pour un plus sobre : « Parlons de l’islam ».
Pourtant, la réalité a rattrapé les bons sentiments. Les témoignages des Français sont virulents sur les dangers de l’islam en France. Tandis que certains mahométans livrent le but de leur combat. Comme Rachid Gacem, trésorier et chargé de communication dans une mosquée de Roubaix, qui défend la lapidation devant les caméras de John Paul Lepers."


Nous reprenons l'article  et la vidéo mis en ligne par nos camarades de France Jeunesse Civitas:

"Ramadan à l'Elysée: on croyait Hollande laïco-constipué; il est surtout dhimmi et reconnaissant

Le "président normal" de la Vème République, François Hollande, a reçu son premier dignitaire religieux au palais de l'Elysée à savoir le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur,  pour marquer le début du Ramadan (neuvième mois du calendrier musulman).
On croyait le président laïco-constipé; il est surtout dhimmi et reconnaissant...Voici l'extrait d'un reportage vu sur defrancisation"


dimanche 15 juillet 2012

Pression des Etats-Unis en faveur des revendications des  homosexuels.

Très intéressante information de Novopress que nous reproduisons ici. Elle permet de mesurer l'importance du lobby homosexuel mais aussi l'ingérence totalement  des Etats-Unis dans les affaires des pays indépendants. A force de le faire sans réactions aucune des opinions pour des interventions militaires soit-disant humanitaires ou destinées à renverser des régimes non démocratiques après d'importantes campagnes de désinformation, voici maintenant qu'un ambassadeur américain défile dans une "gay pride" après que son pays ait fait pression sur la Hongrie pour autoriser cette manifestation.



"    “Gay Pride” à Budapest : un évènement qui ne fait pas l’unanimité, sur fond d’ingérence américaine
“Gay Pride” à Budapest : un effet opposé à celui attendu ?
14/07/2012 — 14h00
BUDAPEST (NOVOpress) —
Point d’orgue d’une semaine de « jeux olympiques gays », où quelque 3.000 personnes ont défilé sous le soleil brûlant de l’été hongrois, la gay pride de Budapest qui s’est tenue le weekend dernier a, cette année encore, fait du bruit. De quoi ravir les activistes des associations LGBT subventionnées, pas à une provocation près.

Budapest coupée en deux

Budapest coupée en deuxUne des trois lignes de métro fermée, 16 lignes de bus et trams déviées, voire arrêtées, et plusieurs kilomètres de barrières antimanifestation. Voilà la première conséquence de ce défilé, coupant ainsi littéralement la ville en deux sur plusieurs kilomètres. Le dispositif de sécurité du cortège, imposant aux citadins des détours de plusieurs kilomètres à pied sous des températures élevées, ou pour certains, interdits de rentrer chez eux – ou d’en sortir –, et l’obligation de patienter pendant trois heures, n’a pas contribué à rendre l’évènement « sympathique et festif ».
Inutile de compter sur la compréhension ou la capacité d’information de la police. Habitants, passants, badauds, touristes, commerçants… les seuls à bénéficier de l’aide des policiers furent ceux qui « sont manifestement sympathisants de la Gay Pride ».

Réactions hostiles

Nous ne sommes pas en France, et le politiquement correct n’a pas vraiment pied ici : l’on ne pouvait qu’entendre les gens se plaindre de voir leur samedi après-midi gâché par la fête exclusive de quelques-uns. Rendez-vous, promenades, shopping et visites annulés, commerces fermés dans les quartiers les plus touristiques de la ville, un samedi de juillet… La seule réussite de ce défilé semble être d’avoir provoqué l’ire de la population.

Un cortège sous influence américaine

Eleni Tsakopoulos Kounalakis
Eleni Tsakopoulos Kounalakis, ambassadrice des États-Unis en Hongrie © State Department
Bien entendu, la Hongrie n’est pas le dernier des pays en matière de résistance contre la mondialisation et son lot de mascarades et autres éléments culturels importés. En avril, le parlement hongrois voulut interdire la Gay Pride : au final, devant des pressions venant bien plus de l’étranger que de l’intérieur, pour changer, le gouvernement FIDESZ d’Orbán a cédé. Et pas qu’à moitié. Pour assurer la sécurité de la Gay Pride – où a défilé l’ambassadrice des États-Unis d’Amérique, Eleni Tsakopoulos Kounalakis [ingérence étrangère qui n'est pas sans rappeler l'action de l'ambassadeur des États-Unis en France, Sir Charles Rivkin, qui mène une stratégie d'influence envers les "minorités visibles" dans les banlieues ethniques. Vu d'Amérique, gays hongrois / immigrés en France, même combat ?] –, un important dispositif policier, notamment, a été déployé. Selon les organisateurs, pour environ 3.000 manifestants à la gay pride, 2.000 « droïdes » (policiers en tenue anti-émeute), comme les appellent ici les hongrois, ont assuré, avec zèle, l’intégrité du parcours.
Ambassador Kounalakis Participates in Budapest Pride March
L’ambassadrice des États-Unis d’Amérique lors de la Gay Pride (Embassy photo by Bernadett Szabó)
Policiers auxquels s’est ajouté un service d’ordre privé, tsigane, qui avait carte blanche : des journalistes indépendants ont été expulsés et malmenés, l’un d’entre eux ayant même été frappé. Là-dessus, la police a fermé les yeux. Quant aux plus observateurs, ils auront remarqué la présence, aux alentours des barrières de sécurité, de personnels de sécurité privée, armés de pistolets. Nul hasard à leur présence : les officiers de police les placent et leur donnent les ordres.

Incidents et violences policières

Lorsque apparurent une petite dizaine de militants nationalistes hongrois, scandant des slogans hostiles à l’intention de la Gay Pride défilant environ 150 mètres derrière les barrières, il n’a fallu que quelques instants pour répliquer aux 120 « droïdes » équipés de boucliers et bombes lacrymos, accompagnés de 4 policiers à cheval, deux cars d’intervention…
Au final, les contre-manifestants de tous bords se sont réunis devant le Parlement, où la Gay Pride devait se terminer, et ont empêché son arrivée comme prévu. Trois cents hommes de la garde hongroise, des identitaires du Jobbik, et d’autres mouvements patriotes ou non se sont serrés les coudes contre les nouvellement baptisés « gardes des gays », qui dans leurs armures, sous leurs casques, et avec leurs matraques, tazers et chiens, n’attaquaient jamais qu’à au moins dix contre un.
A noter qu’aucun participant à la Gay Pride n’a été attaqué ou blessé, tandis que près de 150 interpellations ont eu lieu parmi les manifestants patriotes et un homme hospitalisé pour passage à tabac.
“Gay Pride” à Budapest : un effet opposé à celui attendu ?Selon les premières estimations, le dispositif de sécurité de la Gay Pride hongroise aura coûté plusieurs dizaines de millions de forints hongrois (10.000.000 HUF = 35.000 €). Cela ne prend bien entendu pas en compte les pertes imposées aux commerçants, ou bien la gêne occasionnée à des dizaines de milliers d’habitants.
Dans un pays où le SMIC, à 280 €, permet difficilement de vivre dans la dignité, où la crise gèle les hausses de salaires depuis 2006, où la pauvreté ne cesse de gagner du terrain touchant petit à petit les cadres et les fonctionnaires, une telle dépense est tout simplement considérée comme une injure et une provocation envers le peuple hongrois.  "



Rétablir la double peine? Non, rétablir la peine de mort et introduire déchéance de la nationalité française.

Très intéressantes informations relevées sur Nation Presse.

 Sarkozy, dans la continuité de la politique relative à l'immigration extra-européenne  menée depuis Giscard d'Estaing mais initiée sous Pompidou, a supprimé la double peine (expulsion d'un étranger après une condamnation consommée).

Ne faudrait-il pas non seulement revenir à cette mesure mais aller plus loin, avec un texte de loi réintroduisant la peine de mort et, en cas de peine de prison, prévoyant  la déchéance de la nationalité Française pour un étranger ayant reçu cette nationalité qui serait condamné  pour crimes ou pour les délits les plus graves, avec expulsion immédiate  ( l'emprisonnement représentant un coût pour la France)?

Jean-Claude Philipot

" Justice : un braqueur libéré !

La cour d’appel de Grenoble a décidé ce vendredi de remettre en liberté sous contrôle judiciaire Monsif Ghabbour, le second braqueur présumé du casino d’Uriage (Isère).
Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2010, deux hommes avaient braqué le casino d’Uriage entraînant une course-poursuite avec la police, qui s’était terminée par la mort d’un des braqueurs, Karim Boudouda, à la suite d’un échange de tirs avec la police. Son complice avait pris la fuite et la mort de Boudouda avait entraîné trois nuits de violences urbaines dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble dont était originaire Boudouda. Les policiers avaient été notamment la cible de tirs à balles réelles. Le deuxième braqueur présumé, Monsif Ghabbour, avait été interpellé un mois et demi après le braquage.
Le parquet s’est opposé à la libération de ce dernier, évoquant des « troubles potentiels à l’ordre public ». Selon son avocat pourtant, le suspect n’a été désigné que « par la rumeur » et rien pour le moment ne permettrait sa mise en cause. Ce sont pourtant des traces ADN relevées dans la voiture ayant servi au braquage qui l’avaient conduit derrière les barreaux.
Monsif Ghabbour reste sous contrôle judiciaire. Il échappe au bracelet électronique mais doit résider hors du département de l’Isère.
Une fois de plus priorité est donnée au « bien-être » du délinquant qui aura ainsi tout loisir de poursuivre ses méfaits. Et ce malgré la mise en garde du parquet, conscient de la dangerosité de l’individu.
Sorces  "

 

" L’assassin présumé des deux femmes gendarmes veut faire la loi en prison !

Abdallah Boumezaar, qui aurait avoué avoir tué deux femmes gendarmes le 17 juin à Collobrières (Var), a été placé en isolement mardi après-midi à la prison de Grasse (Alpes-Maritimes), après avoir provoqué un incident. Le suspect va faire l’objet de poursuites disciplinaires au sein de la maison d’arrêt.
Abdallah Boumezaar a été mis en examen et écroué le 19 juin pour homicide volontaire et assassinat sur deux femmes gendarmes âgées de 29 et 35 ans. Il se serait attaqué dans le courant du mois de juin à ses codétenus de la prison de Grasse, et aurait tenté d’inciter les prisonniers à l’émeute. Vantant sa « qualité » de tueur de flics, il a essayé de prendre en main la gestion de la vie quotidienne dans l’établissement pénitentiaire. Le parquet de Grasse a ouvert une enquête pour déterminer si le comportement du détenu constituait une infraction pénale. Dans ce cas, il devra comparaître devant un tribunal correctionnel.
Rappelons que ce sinistre individu a déjà été condamné à quatre ans de prison pour « violences volontaires » contre des policiers qui avaient tenté de l’interpeller en 2004. Cette condamnation, ajoutée à d’autres peines prononcées contre lui, dans une affaire de trafic de stupéfiants notamment, lui a valu de passer six ans en détention, de mai 2005 à septembre 2011. Un parfait exemple de récidiviste qui a bénéficié du laxisme de la justice UMPS.
Source
________
Note NPInfos : la loi nous oblige de respecter la présomption d’innocence. Les commentaires (dont nous sommes par la loi ‘auteurs’ puisque nous les validons) seront modérés en ce sens.  "

jeudi 12 juillet 2012

Un exemple de désinformation internationale


Les choix sociétaux (suppression de la peine de mort, dépénalisation et facilitation de l'avortement, projets en faveur de l'euthanasie...),  les grandes décisions économiques (politique de libre échange, lois de finances et en particulier les création de nouvelles taxes et contributions...), les engagement internationaux ( Bosnie, Kosovo, Irak, Afghanistan, Libye...) et toutes décisions d'importance pour lesquelles l'assentiment des citoyens est nécessaire, et/ou celles capables d'influencer leurs votes futurs sont préparés et accompagnés par d'habiles campagne de désinformation.

Il faut connaître et dénoncer ce mécanisme ( qui est mondial) pour se désintoxiquer du flux continu dont on est l'objet.

Un exemple récent de cette désinformation mise en oeuvre pour convaincre de la nécessité d'une intervention internationale sur le territoire d'un pays étranger (= en fait d'une ingérence) nous a été donné par Polémia le 8 juin 2012.

"Houla (Syrie) : encore une bavure médiatique ou une manipulation calculée ?

 libye moyen-orient otan syrie propagande    

Une polémique s’est ouverte à la suite de l’utilisation mensongère récente par la BBC d’une photographie prise il y neuf ans en Irak. Le coup est classique, Polémia l’a déjà traité lors de sa première cérémonie des Bobards d’Or en 2010.
Néanmoins, ce qui vient de se passer avec la célèbre chaîne britannique va au-delà de la négligence du journaliste de service, puisque, non seulement on décèle des intérêts financiers, mais encore on soupçonne quelques connivences sinon quelques complicités entre journalistes et politiques pour soutenir une propagande au bénéfice ou, au contraire, aux dépens d’un Etat souverain.
Comme le dit David Duke : « Les mass-médias mondialistes remuent ciel et terre pour qu’il y ait la guerre en Syrie, tout comme ils l’ont fait en Libye et en Irak. »
Polémia
_________________________________________________________________________________________

Le 27 mai 2012, la BBC publiait sur son site une photo montrant des cadavres alignés censés être ceux des Syriens massacrés à Houla.
C'était, en fait, un cliché pris en mars 2003 en Irak, au sud de Bagdad par Marco di Lauro.
En légende de la photo publiée sur le site de la BBC, on peut lire que le cliché a été transmis par un activiste, que son authenticité n’a pu être vérifiée, mais qu’il est censé montrer les victimes du massacre de Houla.
Le photographe, qui couvre depuis une quinzaine d’années la plupart des conflits internationaux du Kosovo au Soudan, est bien en cour auprès des grands médias occidentaux, qui lui achètent régulièrement ses clichés.
Ses images, diffusées par l’agence Getty, sont publiées par les plus grands journaux et magazines du monde. 

En découvrant le cliché, le photographe a déclaré au Daily Telegraph avoir « failli tomber de sa chaise », ajoutant :
« On utilise sans autorisation, comme preuve du massacre de Houla, une de mes photos à des fins de propagande antisyrienne sur la page d'accueil du site de la BBC. »

« Je suis très surpris qu'un organisme comme la BBC ne prenne pas la peine de vérifier ses sources et soit prêt à publier n'importe quelle photo envoyée par un simple militant, ou un journaliste ou qui que ce soit d'autre. »

La photo qui illustrait l’article intitulé: « Indignation croissante et condamnation après le massacre de Houla » a été retirée du site sitôt après l'identification de la source.
Ci-dessous, un article de Keith Harmon Snow, « Slaughter Slant: Houla Massacre Sparks Media Blame-game », publié le 30 mai 2012 par Dissident Voice et qui donne un certain éclairage à cette manipulation."

mercredi 11 juillet 2012

Le sens des titres, ou la banalisation d' un acte particulièrement ignoble.

La veille de la venue à Reims de la Chancelière allemande, 51 tombes du cimetière allemand de Saint-Etienne-à-Arnes(Ardennes) avaient été profanées, suscitant une juste indignation. Voilà que les auteurs de ces actes viennent d'être retrouvés après une rapide enquête.
Le titre, dont la fonction est de résumer l'évènement, est tout de même surprenant puisqu'on rapproche"saccage du cimetière"  et "quatre fêtards".
Peut-on légitimement reprendre, d'ailleurs sans guillemets,  le signifiant de "fête" indiqué par les jeunes  sans diminuer de fait la gravité de l'acte? La photo d'ailleurs est là pour témoigner: plus de croix détruite, mais des bouteilles cassées.

Si une inscription à caractère raciste avait été mise sur le mur d'un cimetière juif ou musulman par quelques jeunes acquis à l'idéologie nazi, ou simplement par des provocateurs , il est probable que la presse, les partis politiques au pouvoir auraient crié aux loups, en faisant l'amalgame entre ces individus, évidemment condamnables et méprisables , et les partis et mouvements qui, au sein de l'opposition nationale et identitaires essayent de faire entendre leur voix.

Là rien de tel, pas de nationalistes à mettre en examen, alors on peut titrer que ces actes ont été faits par des fêtards, comme si c'était faire la fête que de casser des croix dans un cimetière...Il est vrai qu'il ne s'agissait que de croix...

"Cimetière allemand saccagé / Quatre fêtards en garde à vue

Publié le mercredi 11 juillet 2012 à 09H50 


SAINT-ETIENNE-à-ARNES (Ardennes) Quatre jeunes, deux mineurs et deux majeurs ont reconnu leur implication dans la profanation des tombes du cimetière allemand de Saint-Étienne-à-Arnes. Ils avaient bu beaucoup d'alcool pour fêter la réussite au bac de l'un de leur copain. Ils seront présentés, aujourd'hui devant le juge des enfants pour les mineurs et devant les juges du tribunal correctionnel pour les majeurs. Ils encourrent  dix ans de prison.
L'AFFAIRE de la profanation de 51 tombes du cimetière allemand de Saint-Etienne-à-Arnes a fait couler beaucoup d'encre, d'autant qu'elle avait eu lieu la veille de la venue à Reims du président de la République François Hollande et de la Chancelière allemande Angela Merkel à l'occasion du 50e anniversaire de la réconciliation franco-allemande. Le premier à avoir condamné cette profanation a été le préfet des Ardennes, Pierre N'Gahane qui dans un communiqué s'était insurgé contre les auteurs de cet acte inqualifiable : « Quelles qu'en soient les raisons qui ont amené à de tels comportements, j'entends les condamner fermement ».
Le jour de la cérémonie de la réconciliation, le président de la République avait aussi condamné les faits : « Aucune force obscure, et encore moins la bêtise qui lui prête souvent son concours, ne pourra altérer le mouvement profond de l'amitié franco-allemande ».

Une association allemande chargée d'entretenir les sépultures de soldats allemands en France avait déposé plainte à la gendarmerie de Machault.
Du coup, pour apaiser la tension suscitée par cette profanation, le parquet de Charleville-Mézières a mis en place d'importants moyens pour trouver rapidement les auteurs de cet acte inqualifiable. Dès dimanche, une vingtaine d'enquêteurs du groupement de la gendarmerie des Ardennes ont été déployés sur le terrain. Ils ont reçu le renfort de la section de recherches de Reims et des spécialistes de l'Institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Rosny-sous-Bois.

Une mobilisation qui a porté ses fruits dès lundi soir. En effet, les quatre individus impliqués dans la profanation des tombes du cimetière allemand de Saint-Étienne-à-Arnes se sont rendus spontanément accompagnés de leurs parents au commissariat de police de Reims. « C'est sur les conseils de l'avocat du père de l'un d'entre eux, qu'ils se sont rendus au commissariat de Reims », a déclaré Daniel Bouriaud lors d'une conférence de presse en compagnie du colonel Nicolas Blériot, commandant du groupement de gendarmerie des Ardennes.
Les quatre auteurs présumés, deux majeurs de 18 et 19 ans ainsi que deux mineurs de 17 ans ont été placés en garde à vue à la compagnie de gendarmerie de Vouziers et seront présentés, aujourd'hui, devant les juges du tribunal de Charleville-Mézières en procédure de comparution immédiate pour les majeurs et devant le juge des enfants pour les mineurs.

Qui sont ses jeunes ?

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne s'agit pas de délinquant car ils ne sont pas connus des services de police et n'ont aucun antécédent judiciaire. Ils habitent le canton de Machault et le soir des faits, ils fêtaient, tout simplement, la réussite au Bac de l'un d'entre eux.

« Sur le déroulement des faits, leurs auditions correspondent aux constatations techniques qui ont été faites sur le terrain, ce qui corrobore malheureusement l'impression que le parquet avait de cette affaire dès le départ C'est-à-dire qu'un certain nombre de jeunes se sont réunis dans ce coin du cimetière pour fêter. Ils ont apporté sur place ce qui est indispensable, selon eux,.à une fête réussie, c'est-à-dire beaucoup d'alcool. Ils ont donc beaucoup bu. Alors qu'ils chahutaient, l'un d'entre eux est tombé sur une croix et l'a cassée. Ils ont trouvé cela très drôle et ils ont continué à en casser d'autres pour atteindre 51 croix au total », a expliqué le procureur.

Certains reconnaissent avoir brûlé des croix en les mettant dans le feu de camps qu'ils avaient monté. Deux autres personnes ont été entendus dans cette affaire leur témoignage sera intéressant pour préciser les conditions dans lesquelles les faits se sont déroulés. En effet, le soir des faits ils étaient six au total à participer à la fête. Mais deux d'entre eux n'ont pas voulu passer la soirée sur place et sont partis vers 1 heure du matin.

Pour ce qui est de l'affaire des tags et les inscriptions dans l'agglomération de Saint-Étienne-à-Arnes, les gendarmes ont fait un travail de porte à porte qui a permis d'interpeller deux garçons et une fille qui ont été placés en garde à vue dès lundi.
Mais les gardes à vue ont été levées hier matin : « Les investigations se poursuivent. Nous reprendrons les gardes à vue si des éléments nouveaux notamment résultants des constatations techniques nous permettent de les reprendre. Dans l'état actuel de notre enquête nous ne faisons pas de lien entre la profanation au sien du cimetière et les crevassions de pneus ainsi que les tags faisant plus ou moins l'apologie de Hitler sur un certain nombre de maisons de cette petite bourgade », a commenté le commandant de la gendarmerie.
Bernard DORDONNE"

lundi 9 juillet 2012


 Solidarité avec les chrétiens serbes

Solidarité avec les Serbes chrétiens face aux manigances itératives de Washington pour les spolier de chez eux au profit des musulmans du Kosovo, notamment  venus d'Albanie pour coloniser le pays (ces Albanais qui sont chez eux chez les Serbes...). C'est toute la politique du géopolitologue américain Zbigniew Brezinski décrite dans le Grand Echiquier, visant à affaiblir l'Europe et la Russie, mise en oeuvre depuis le président Carter mais qui tire son origine bien avant ses écrits, soit dans une approche anglo-saxonne de la problématique depuis plus d'un siècle.

C'est donc très volontiers que nous reprenons ici l'article mis en ligne par Nation Presse.

Il est indiqué ici que pour une approche plus complète et régulière de la problématique des rapports avec la Russie et le monde orthodoxe, on pourra se reporter au site de l'Alliance France Europe Russie et pour un suivi systématique et plus global de la géopolitique à l'excellent site Realpolitik.tv  du géopolitologue Aymeric Chauprade.

Jean-Claude Philipot

"Kosovo : Washington soutient le nettoyage ethnique

Un haut responsable américain a appelé samedi la Serbie à accepter de gré ou de force « l’indépendance » autoproclamé de la province serbe du Kosovo lors d’un sommet régional en Croatie, alors que le nettoyage ethnique de civils serbes et non-albanais de la part des extrémistes pan-albanais se poursuit.
Philip Gordon, sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes et eurasiatiques (qui dépend du Département d’Etat d’Hillary Clinton), lors d’un sommet des dirigeants de l’Europe du Sud-Est qui s’est tenu à Dubrovnik (côte dalmate croate) ce week-end, a insisté sur le fait que Belgrade aurait l’obligation de reconnaître de gré ou de force « l’indépendance » autoproclamée par la majorité oppressante albanaise de cette province serbe occupée depuis juin 1999.
Le responsable américain a ajouté que Belgrade doit cesser de soutenir les structures sécuritaires et judiciaires serbes dans le nord du Kosovo, seules garanties de survie de la minorité serbe orthodoxe face à la pression albanaise. Sur les quelque 120.000 Serbes vivant encore au Kosovo qui compte environ deux millions d’habitants, 40.000 résident dans le nord. Les autres survivent tant bien que mal dans des enclaves concentrationnaires dispersées sur le reste du territoire, à la merci des hordes armées pan-albanaises qui ont pris le contrôle de la province à l’été 1999 avec l’aide de l’OTAN et de la « Communauté internationale ».
La Serbie soutient les autorités locales serbes au Kosovo-Métochie en finançant plus ou moins leurs activités, notamment dans le domaine de la santé, de l’éducation et de l’administration. Sans ce soutien vital, les Serbes du Kosovo n’auraient d’autre choix que la valise ou le cercueil.
Ce sommet s’est tenu dans la ville de Dubrovnik parce que Zagreb a toujours été un partisan indéfectible de l’albanisation du Kosovo-Métochie et a même appuyé l’épuration ethnique des chrétiens orthodoxes, notamment lors des affrontements entre l’UCK et la police et l’armée serbe de 1997 à 1999, puis lors des pogroms antiserbes de mars 2008. Une politique qui rappelle celle qui fut menée par les extrémistes croates au pouvoir à Zagreb de mai 1941 à 1945.
Cette réunion a été marquée par la participation de l’ex-président serbe, Boris Tadic, qui a échangé une poignée de main avec le « Premier ministre » albanais, Hashim Thaci, un individu douteux qu’il n’avait jamais officiellement rencontré depuis « l’indépendance » du Kosovo. Hashim Thaçi, dit le Serpent, est intimement lié à la mafia albanaise et est largement impliqué dans le nettoyage ethnique de dizaines de milliers de Serbes du Kosovo depuis 1997. Tadic, candidat malheureux des mondialistes lors de la dernière présidentielle en Serbie contre le national-populiste Tomislav Nicolic, a tenu à affirmer par ce geste historique tout le mépris qu’il pouvait avoir envers le petit peuple serbe opprimé dans sa province historique.
Cette conférence régionale (qui excluait les représentants de l’Etat serbe) se tenait alors qu’un couple de Serbes, revenus vivre au Kosovo depuis 2004, venait d’être assassiné vendredi soir dans un village proche d’Urosevac. Une fois de plus, la minorité serbe n’a pu bénéficier de la protection de la KFOR, la force d’occupation de l’OTAN. Âgés tous les deux d’environ 55 ans, Milovan et Liliane Jevtic ont été assassinés à leur domicile dans le village de Talinovac. Ce double homicide est un message très clair envoyé par les groupes pan-albanais liés au gouvernement Thaçi aux chrétiens orthodoxes et autres minorités non-albanaises qui osent encore vouloir vivre en paix sur leur terre ancestrale : le Kosovo de demain doit être purifié de tout ce qui n’est pas albanais ; un message relayé par Washington ce week-end, en la personne de Philip Gordon".

dimanche 8 juillet 2012

 Présentation de Civitas au cours du Libre journal de Jean-Pierre Dickes du 8 juillet 2012.

Le Docteur Jean-Pierre Dickès, assisté du Docteur Luc Perrel et  de Madame Bernadette Dickes recevait dans son Libre journal du 8 juillet 2012 (exceptionnellement préenregistré le 28 juin )  M. L'Abbé Celier  et le Commissaire colonel (e.r) Jean-Claude Philipot.

Trois grande thématiques à l'ordre du jour:

- Médecine et  santé publique: 2  sous-thématiques: Risques que fait peser sur la santé publique le projet gouvernemental de permettre le don du sang aux homosexuels et cellules souches adultes  (Docteur Jean-Pierre Dickès et Docteur Luc Perrel);

- Discussions sur la restitution à  la Fraternité Saint Pie X  de son statut canonique par Rome  (Abbé Grégoire Celier);

- Civitas: ses derniers engagements dans la cité, ceux qui sont prévus, la session de formation à Couloutre (Aisne) du 28 au 30 juillet et le renforcement de son réseau (Commissaire colonel, en retraite, Jean-Claude Philipot).

Rappel: Pour toute adhésion à Civitas, inscription à notre revue écrire à Civitas, 17 rue des Chasseurs 95100 Argenteuil, ou secretariat@civitas-nstituts.com; tel 01 34 11 16 94.
            Pour l'activation du réseau, Jean-Claude Philipot, tel   public: 06 34 98 49 28

PS: Ecoutez l'émission du Libre journal du 8 juillet 2012 en cliquant sur "Ecoutez l'émission ou téléchargez l'émission en cliquant sur  Libre journal du 8 juillet 2012



Il y a de nombreux ouvrages sur l'islam. Nous présentons celui-ci, présenté par le texte ci-après reçu de francephi.com




« Il faut dénoncer le piège d’une idéologie, par nature contestable, mais qui est en même temps une religion par nature intouchable… Sinon, dans cinquante ans, la France connaîtra un “printemps arabe” à l’envers. La “fille aînée de l’Église” sera devenue “la fille cadette de l’islam” »
 
Entretien avec Norbert Multeau
à propos de son livre L’islam chez lui chez nous
(propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Ce livre semble répondre à l’actualité, notamment sur la consommation cachée de viande Hallal dans notre pays…
Voyez le programme de tous les candidats à l’élection présidentielle : combien prenne en compte le danger islamiste lié à l’immigration musulmane ? Or cela me paraît être le problème majeur, bien plus grave que la dette, de notre époque et des années à venir. Il n’y a jamais de vrai débat sur le sujet car il est impossible de se livrer à une analyse critique des fondements idéologiques de l’islam sans être accusé « d’islamophobie », de « racisme », de « fascisme »… et cela clôt aussitôt le débat. Quand un massacre de chrétiens se commet quelque part dans le monde, c’est, nous disent les bien-pensants, « stigmatiser » l’islam dans sa globalité que de dénoncer les criminels qui agissent ainsi au nom de la charia et du djihad. Alors voici un livre pour dire les choses comme elles sont et non comme on voudrait qu’elles soient. Un livre qui a été refusé par tous les éditeurs auxquels j’en ai soumis l’idée… à l’exception de Philippe Randa, directeur des éditions de L’Æncre.

Ne faîtes-vous pas un amalgame sommaire entre l’immigration qui est un problème politique et social… et l’islam qui une religion ?
Les deux ne font qu’un. L’immigration arabe en France est un problème crucial parce qu’elle est d’abord un problème religieux. Un habitant de la planète sur quatre est musulman. L’objectif de l’islam, sa vocation historique comme sa mission divine, est de convertir les trois autres. Le monde non-musulman ne semble pas s’apercevoir que l’islam, conscient de sa force, réactive son projet multi-séculaire de domination de l’univers : imposer partout le « règne d’Allah » et la loi coranique. En France, l’immigration à flot continu aboutit, non au « choc des  civilisations » – tout se passe sans heurt violent –, mais à l’évincement progressif de l’une (la chrétienne) par l’autre (la musulmane). Et cela dans l’indifférence des élites, quand ce n’est pas avec la complicité des « activistes du métissage » comme les appelle Péroncel-Hugoz qui a préfacé L’islam chez lui chez nous. L’intelligentsia française, en particulier, ne semble pas saisir le sens de l’ampleur de ce qui se passe sous ses yeux. Elle voit ce qu’elle veut croire, mais ne veut pas croire ce qu’elle voit.

Cet essai « colérique » n’est-il pas un peu court pour analyser objectivement un sujet comme celui-ci ?
Je sais bien qu’on me reprochera d’être simpliste et manichéen, parce que l’islam « c’est plus compliqué que ça »… Je ne fais pas œuvre d’historien ni de philosophe. Je vais à l’essentiel. Je prends les choses au point où elles en sont. Ici, maintenant. Voici ce qu’est l’islam : une force croyante, conquérante, féconde. Voici ce qu’est l’Occident : une civilisation honteuse d’être ce qu’elle est, qui n’affirme plus rien, qui ne se défend plus…

Pensez-vous la situation irréversible ?
Il faut en finir avec l’illusion d’un islam modéré avec lequel nous pourrions cohabiter sans y perdre notre âme. Il faut prendre conscience de l’islamisation rampante des esprits, des mœurs, et même des lois de la République. Il faut dénoncer le piège d’une idéologie, par nature contestable, mais qui est en même temps une religion par nature intouchable… Sinon, dans cinquante ans, la France connaîtra un « printemps arabe » à l’envers. La « fille aînée de l’Église » sera devenue « la fille cadette de l’islam. »

L’islam chez lui chez nous, Norbert Multeau, Éditions L’Æncre, collection « À nouveau siècle, nouveaux enjeux », dirigée par Philippe Randa, 134 pages, 18 euros.

Mieux que la propagande des pires pays totalitaires: 
la transformation homéopathique de la pensée par les mots 
(ou le mécanisme de la désinformation)

Prenons connaissance de cet article de l'Union,

"Il tire à l'arme de guerre sur un intrus

Publié le samedi 07 juillet 2012 à 18H43 - Vu 1728 fois

Photo d'archives.


CHARLEVILLE-MEZIERES (Ardennes). Vendredi soir, un habitant du quartier de Manchester a ouvert le feu sur trois personnes qui s'étaient aventurées en pleine nuit dans sa cour. L'un des intrus a été grièvement blessé à la cuisse.
Vendredi soir, un homme d'une quarantaine d'années - domicilié quartier Manchester - a ouvert le feu à l'arme de guerre sur trois individus qui s'étaient introduits dans la cour de sa maison. Il aurait tiré à trois reprises avec un revolver allemand de type Mauser de la seconde Guerre Mondiale, blessant grièvement à la cuisse un des intrus. Cloué au sol par le projectile, la victime - âgée de 18 ans - a été conduite au centre hospitalier par les secours.

Les deux autres intrus - mineurs - ont été interpellés.
Le tireur présumé a lui aussi été placé en garde à vue."
 
Analyse:

Le titre: "il tire à l'arme de guerre sur un intrus".
Certes il y a le substantif "intrus " ("...qui s'introduit quelque part sans avoir la qualité pour y être admis" écrit une édition du Petit  Larousse), mais le titre est tout de même porteur d'une disproportion entre "arme de guerre" ( non la Kalashnikov répandue dans les quartiers aux mains de "chances pour la France"), mais un pistolet tirant du 9mm, soit une arme classée en "première catégorie".

Le corps du texte est dans le même registre:
"Il aurait tiré à trois reprises avec un revolver allemand de type Mauser de la seconde Guerre Mondiale, blessant grièvement à la cuisse un des intrus": oui, si on tire avec une arme, quelle qu'elle soit et a fortiori avec un gros calibre, on peut blesser grièvement, mais le problème est-il là , ou dans le fait que trois individus ( dont on aimerait connaître les noms ou au moins les prénoms) se sont introduits chez un citoyen, de nuit et que celui-ci a fait usage d'une arme au regard de ce que l'on risque  lorsque des malfrats s'introduisent chez vous, par ailleurs nuitamment,  aujourd'hui où on  tue dans la rue  pour une cigarette non donnée?  
Il aurait probablement dû s'adresser à eux en leur disant " Messieurs" (car in ne tutoie plus les truands de par les nouvelles consignes de l'actuel gouvernement) "je vous serais obligé de sortir de chez moi et j'appelle votre attention sur le fait qu'au cas où vous ne le feriez pas je téléphonerai à la police pour vous inviter à sortir " .

 " Cloué au sol par le projectile, la victime - âgée de 18 ans - a été conduite au centre hospitalier par les secours"L'expression  "cloué au sol" est ici volontairement employée. Son sens figuré est évidemment puissant et sert à émouvoir les âmes sensibles. Notons d'ailleurs que ce n'est plus un des malfrats qui est "cloué au sol", mais "une victime", et par ailleurs "de 18 ans" ( pauvre garçon!!!). Que les âmes sensibles se rassurent:  elle a été conduite au centre hospitalier de secours (ses jours ne sont donc pas en danger).

Notons que comme les trois malfrats,  "le tireur présumé a lui aussi été placé en garde à vue": C'est le propriétaires des lieux qui a tiré (cf. titre) ou une des racailles qui a mal visé ?

Il faut dénoncer ces mots qui travestissent en permanence la réalité modifient notre pensée de façon homéopathique à travers la presse aux ordres et la télévision,  donc sans qu'on s'en rende compte. Il convient de leur dire qu'ils commencent à nous casser les couilles tous ces manipulateurs (seul un électrochoc par les mots nous permettra  de sortir de notre torpeur mortifère, de notre sida mental).

Il serait bon que les Français votent pour des candidats qui se prononcent de façon catégorique contre les malfrat, demandent le rétablissement de la peine de mort, décident réellement de passer la racaille au karsher et de nous débarrasser, expulsent les délinquants étrangers, enlèvent la nationalité aux délinquants ayant acquis la nationalité, au lieu de voter pour ceux qui passent leur temps à leur trouver des excuses, que ces laxistes soient de gauche ou de la fausse droite qui fait un copier-coller du programme PS.

Pierre Falconetti.

vendredi 6 juillet 2012

Contre  le mariage des homosexuels et l'homoparentalité!!!

Ecoutons la courageuge intervention d'Alain Escada (Président de Civitas) face à trois partisans des changements sociétaux qui nous menacent.

mardi 3 juillet 2012

 Nation Presse reprend sur son blog l'article ci-après publié le 1er juillet sur le blog Marianne 2

"Sauver l’euro : une politique « criminelle » selon un prix Nobel d’économie"

"Pour les prix Nobel Joseph Stiglitz (photo) et Paul Krugman, la politique économique menée par les dirigeants européens rend la récession inévitable. De ce constat, le chroniqueur de Marianne 2 Roland Hureaux tire deux conclusions : le cycle de récession dans lequel s’est engagée l’Europe inquiète tous ses partenaires. De plus, les psychologies des peuples de la zone euro sont trop différentes pour que la réussite économique de l’Europe soit assurée.
« Criminelle », rien de moins : c’est ainsi que Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, qualifie la politique actuelle de l’Europe visant à sauver l’euro et basée sur toujours plus de rigueur : politique d’Angela Merkel comme de François Hollande, malgré les velléités de politique de croissance de ce dernier, politique de Draghi, de van Rompouy et de Barroso. Le raisonnement est clair : les politiques menées par l’Europe – et particulièrement celles qui sont imposées aux pays faibles – ne peuvent qu’entraîner l’Europe dans la récession : « Les conséquences de cette précipitation de l’Europe vers l’austérité seront durables et probablement sévères. Si l’euro survit, ce sera au prix d’un chômage élevé et d’une énorme souffrance, notamment dans les pays en crise. »
Il ajoute que « la souffrance que l’Europe, notamment celle des jeunes et des pauvres, est en train de subir, n’est pas nécessaire ». « C’est ainsi que le plus grand atout d’une société, son capital humain, est en train d’être gaspillé voire anéanti. » « Il n’est aucun exemple d’une grande économie – et celle d’Europe est la plus grande au monde – qui se redresse grâce à l’austérité. » C’est ainsi que l’illustre économiste va jusqu’à dire que « l’obstination de ses dirigeants dans l’ignorance des leçons du passé est criminelle ».  "
Profitons en. En général les journalistes aux ordres des consignes  de désinformation ou simplement par convictions antinationale ne parlent que de "jeunes" ou maintenant, comme on commence à savoir qui se cache derrière ce terme de Lillois, de Marseillais, de Lyonnais, etc...

Ici pas d'adjectif, mais une photo.

Nous reprenons l'information diffusée par Nation Presse

"Lille : le tueur avait bénéficié d’une peine « aménagée » !

"L’homme qui a tué deux personnes à la Kalachnikov à Lille (Nord) avait été condamné à deux ans ferme en 2008, mais sa peine avait été « aménagée ».
Selon les informations du Point, l’homme qui a tué deux personnes dans une discothèque de Lille, Fayçal Mokhtari est né le 3 juillet 1980 à Tourcoing. Arrêté et placé en détention provisoire pour vol aggravé et association de malfaiteurs de mars à juin 2006, il avait été libéré, puis condamné par le tribunal correctionnel de Meaux (77) le 18 mai 2008 à deux ans de prison ferme. Il ne les a jamais effectués, sa peine ayant été « aménagée ».
Son complice a été identifié plus tard par les enquêteurs : Jeloul Cherifi né en juin 1988, a des antécédents judiciaires notamment pour violences conjugales. Il conduisait le véhicule d’où les coups de feu ont été tirés. L’arme est bien une Kalachnikov.
Une information judiciaire pour « assassinat », « tentative d’assassinat » et « détention d’armes de guerre de première catégorie » a été ouverte. Selon Benoît Lecomte, du syndicat de police Alliance, le suspect « a déjà fait plusieurs séjours en prison pour des vols simples, des trafics de stupéfiants, abus de confiance, violences ».
Une fois de plus le problème de la récidive, et du laxisme de l’autorité judiciaire est donc posé. Pour le Front National il faut que les sanctions soient renforcées contre les délinquants récidivistes et que les peines concernant notamment les faits les plus graves, soient effectivement purgées, telles qu’elles ont été prononcées. Si cela avait été le cas, le tueur de Lille, Fayçal Mokhtari n’aurait pas vu sa peine de deux ans de prison ferme « aménagée »."

dimanche 1 juillet 2012

Face à la communautarisation de la France et aux reculades successives qui iront jusqu'à l'application de la Charia: l'identité française.

Nous reprenons la courageuse déclaration de Marine Le Pen. Même si, pour nous,  il convient de distinguer la laïcité, machine de guerre conçue au XIX ième siècle contre les racines chrétiennes de la France  et la juste distinction du domaine religieux et du domaine politique, nous ne pouvons que saluer la courageuse prise de position de Marine Le Pen face aux projets que certains présentent en matière d'aménagement des fêtes religieuses.



Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National
"Marine Le Pen s’oppose résolument à la proposition de l’Association nationale des DRH visant à neutraliser 3 jours fériés d’origine chrétienne.
C’est à l’ensemble de nos compatriotes de se conformer à la laïcité et non l’inverse.
L’adoption d’une telle mesure marquerait la soumission de la République aux particularismes religieux et sa faiblesse face au communautarisme.
Les chefs d’entreprise ont au contraire besoin d’être soutenus très énergiquement dans leur combat pour la laïcité au travail.
Marine Le Pen demande au gouvernement de rejeter cette proposition.
Le gouvernement doit au contraire défendre avec beaucoup plus de vigueur nos valeurs républicaines et assumer pleinement l’héritage chrétien de la France, une réalité historique dont nous n’avons aucune raison d’avoir honte"
.

 On ne le dira jamais assez, toutes les concessions qui sont données aux musulmans sont autant de pas qui nous mènent  à l'application de la charia et qui organisent la communautarisation de la France. S'agissant de la charia et de la formation de régimes islamiques, on  sait où cela conduit partout dans la monde. 

Pour avoir une idée des massacres  commis en terre islamique ( qui ne sont pas le seul fait de mouvements "islamistes") qui se poursuivent, des persécutions de toutes sortes, des injustices, des humiliations, on se reportera par exemple à l'ouvrage "le vrai visage de l'islam" de Michel Alcader ( éditions Kyrollos, Durtal, 2006,  327p.).