Follow by Email

jeudi 29 novembre 2012

La vérité sur les Femen et leurs actions antichrétiennes. 

Heureusement qu'il y la télévision russe, affranchie des lobbies homosexuels ou de la grande finance internationale.

 Less premiers exercent une pression morale démesurée par rapport à leur importance;  les  autres   font naître les Femen et autres mouvements du même acabit  et  les entretiennent avec leur argent pour pourrir notre société, affaiblir les pays européens et inciter les pays voisins de la Russie avec lesquels elles a des liens naturels à se mettre au service de Washington.




mercredi 21 novembre 2012

Excellent article du quotidien Présent sur la manifestation du 18 novembre 2012 pour la famille
Nous reproduisons ici la présentation faite par le blog France Jeunesse Civitas.

A l'occasion de cette mise en ligne, l'Association Marnaise Christianisme et Société remercie  plus particulièrement à tous les Marnais qui sont venus à Paris pour manifester le 18 et  tous ceux qui ont aidé au succès de cette journée.


" Le 18 novembre fut un succès !

18nov-manif1.jpgSoutenue sur le plan logistique par l’institut Civitas – qui par ailleurs fut relativement discret dans le cortège, hormis que l’allocution de fin fut prononcée par Alain Escada, son président – la marche du dimanche depuis le ministère de la Famille jusqu’à l’Assemblée nationale eut une coloration nettement plus politique que celle de la veille, et elle ne cachait pas son caractère franchement confessionnel.
Le chiffre de participation des « renseignements généraux » fait état de 15 000 à 18 000 participants (la police n’en retient officiellement que 9 000) ce qui est énorme compte tenu de la situation. D’autant que nombre d’entre eux avaient aussi défilé la veille, estimant l’unité et la mobilisation plus importantes que les querelles d’image ou de chapelle.
Plus offensive en termes de slogans et de communication, accueillant tels quels avec leurs propres banderoles et pancartes de nombreux groupes pourtant difficiles à faire voisiner en temps ordinaires, la manifestation du dimanche avait, davantage que celle du samedi, axé son message sur la défense de la famille traditionnelle : « Un papa, une maman, des enfants… la famille, c’est sacré ! »
On vit donc défiler, en un très long cortège, des mouvements aussi divers que les jeunes de Civitas, l’Action française, l’Alliance royale, (...) Renaissance catholique, des associations de familles, le Parti de la France avec Carl Lang, Martial Bild, Christian Baeckeroot… De nombreux prêtres en soutane, de la Fraternité Saint Pie X mais aussi de communautés « Ecclesia Dei », et des prêtres diocésains…
La presse, acerbe, dénonce les « croix chrétiennes » (sic) vues pendant la marche, et s’étrangle devant le refus de « l’homofolie » affiché par de nombreuses pancartes. On est moins regardant par rapport aux faucilles et marteaux et aux slogans autrement plus violents des manifestations de gauche et d’extrême gauche. Est-il vraiment nécessaire de s’aplatir devant ces vapeurs médiatiques pour avoir le droit d’exister et de s’exprimer ?
Comme le samedi, il y avait des élus : beaucoup d’élus municipaux… Mais aussi Bruno Gollnisch, les maires d’Orange et de Bollène, Jacques et Marie-Claude Bompard, présents et le samedi, et le dimanche.
Cette mobilisation des catholiques plus traditionnels et des mouvements politiques la plupart du temps proscrits par le politiquement correct, ne nous y trompons pas, n’est pas moins importante, n’a pas moins de poids que l’autre. Elle a servi d’aiguillon et continue de le faire. Elle ose un langage clair. Elle ne s’encombre pas du « qu’en dira-t-on ». Elle a en vue le bien commun, qu’il s’agit de servir et qui – miracle – semble devoir être servi et défendu par des foules innombrables d’ici à ce que le Parlement soit appelé à se prononcer sur le « mariage » des homosexuels. Y aurait-il eu un 17 sans ce 18 ? Sûrement pas.
Et l’objectif reste le même. N’ayons pas peur de l’affirmer, ensemble !  "
JEANNE SMITS (dans PRESENT)
Vidéo de la manifestation du 18 novembre pour la famille 



Communiqué du président de Civitas publié le 20 sur le site de France Jeunesse Civitas


Désinformation institutionnelle sur la manifestation de CIVITAS et poursuites engagées par CIVITAS contre les FEMEN


"   Depuis dimanche soir, les dépêches tombent les unes après les autres se recopiant les unes les autres : « dérapages » en marge de la manifestation de CIVITAS alors que près de 20.000 personnes de tous horizons ont manifesté dans le calme, la sérénité et la bonne humeur.

« Dérapages verbaux », au motif que les arguments ou les slogans entendus ne conviendraient pas à certains journalistes et politiques, sourcilleux gardiens de la liberté d’expression à sens unique. Cette première désinformation est inquiétante pour les vrais défenseurs de la liberté : il s’agit en réalité d’une tentative d’intimidation visant à n’approuver la liberté d’expression que lorsqu’elle est conforme aux diktats des faiseurs d’opinion et du gouvernement socialiste. A cet égard, il est inquiétant que, dans une démocratie digne de ce nom, un ministre en exercice, en l’espèce Madame Najat VALLAUD-BELKACEM, distribue par voie de communiqués successifs, les brevets de conformité à ce qui doit être dit par les opposants à son projet funeste, que ce soient ceux des manifestations de samedi ou de dimanche.

De nombreux politiciens osent même réclamer une dissolution de CIVITAS pour on ne sait quels motifs : il est certain qu’il est plus simple d’empêcher un opposant de parler, ce qui en dit long sur l’état d’esprit de ceux qui n’admettent la liberté d’expression que définie par eux. Il s’agit de pures agitations politiciennes.

« Dérapages physiques » : la quasi-unanimité journalistique, à de rares exceptions, a titré sur les dérapages physiques et la violence dont auraient fait preuve des « intégristes » « en marge de la manifestation de CIVITAS ». Les médias ont également repris sans discernement les propos de la militante homosexuelle Caroline FOUREST qui tweetait depuis le fourgon dans lequel elle semble avoir été interpellée. A l’entendre, les jeunes filles victimes de la « violence intégriste » étaient juste venues contremanifester gentiment déguisées en nonnes.

La réalité est radicalement différente :

- Les jeunes filles en questions appartiennent au groupe les FEMEN d’origine ukrainienne, groupe interdit en Ukraine, financé par un milliardaire allemand ; elles sont venues contre-manifester illégalement puisque sans déclaration préalable, avec virulence, en portant un voile de religieuse sur la tête, les seins nus, certaines en porte-jarretelles, avec des expressions injurieuses écrites sur la poitrine (« fuck God », « fuck church », « Saint-esprit étroit », « Marie marions-nous », « occupe-toi de ton cul »), pour attaquer les manifestants de CIVITAS -dont des enfants qui ont été extrêmement choqués- en les aspergeant de gazs fumigènes contenus dans des aérosols mentionnant en Anglais « Saint sperme » et « sperme de Jésus » ! Une photo en témoigne : un enfant dans sa poussette a été directement visé par un jet de gaz de l’une des FEMEN !

- Contrairement à ce que prétendent certains médias et politiques, aucun membre de l’organisation de CIVITAS ne s’est rendu coupable de la moindre violence envers ces FEMEN. Les policiers ont informé les responsables de CIVITAS que seuls avaient été interpellés quatre individus sans rapport avec CIVITAS et que rien ne pouvait être reproché à CIVITAS. A l’inverse, le service d’ordre de CIVITAS a été exemplaire puisqu’il a pu bloquer les FEMEN sans user de violence pour les empêcher d’avancer plus avant dans la manifestation et continuer à agresser les participants et à s’exhiber notamment devant des enfants. Les FEMEN font malheureusement peu de cas de l’innocence des nombreux enfants qui ont été violentés et qui ont été très choqués par leur attaque, leurs tenues et leurs slogans.

Aucune violence ni provocation n’est acceptable et c’est pourquoi CIVITAS annonce que son avocat est en train de porter plainte auprès du procureur de la république contre les membres parfaitement identifiables des FEMEN, qui se sont rendus coupables d’exhibitions sexuelles notamment à la vue d’enfants (article 222-32 du code pénal), diffusion de message à caractère violent ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine et susceptibles d’être vus par des mineurs (article 227-24 du code pénal), violences en réunion et avec armes (article 222-13 du code pénal) y compris contre des enfants, entrave concertée à la liberté de manifestation par menaces, violences et voies de fait (article 431-1 du code pénal) ainsi que pour injures envers CIVITAS et les manifestants en raison de leur appartenance à la religion catholique ainsi que les messages écrits sur leur poitrine et les aérosols utilisés le démontrent aisément (article 33 alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881).

Que les positions de CIVITAS soient discutées, c’est la liberté d’expression qui le veut. Mais que pour éluder le débat de fond sur un sujet aussi grave que le mariage et l’adoption homosexuels et que pour éclipser la formidable mobilisation des Français de samedi et dimanche, il soit procédé aux habituels procédés dialectiques de désinformation, de diabolisation et d’amalgame, cela n’est pas acceptable. CIVITAS indique donc qu’elle entendra poursuivre devant les tribunaux tout propos diffamatoire, injurieux ou provocant à la discrimination, à la haine ou à la violence à son endroit ou à l’encontre de ses membres. "

Alain Escada,
Président de CIVITAS

Quelques photos de la manifestation du 18 novembre en présentation  audio-visuelle (Site France Jeunesse Civitas),  


Commando de Femen: de la préparation à l'action contre la manifestation des catholiques en date du 18 novembre 2012.

Remarquez le titre de la vidéo. Les agresseurs crient à l'agression et jouent aux victimes. Elles lancent un opération commando, après une préparation en "camp d'entraînement" ( cf. article publié sur le site de Libération le 17 septembre, et se scandalisent d'avoir été repoussées et d'avoir reçu à cette occasion quelques bleus ou égratignures dans la bousculade...On remarquera les inscriptions blasphématoires particulièrement vulgaires et haineuses que les membres du commando se sont inscrites sur le corps. 





lundi 19 novembre 2012

Succès des manifestations contre l'ouverture du mariage aux homosexuels organisées les 17 et 18 novembre. On s'en félicite.

 S'agissant de celle du 18 à laquelle l'AMCS a participé et qui, tout en dénonçant le caractère contraire au bien des enfants et au droit naturel du projet de loi, désirait aussi rappeler la position de l'Eglise sur ces questions, elle a fait l'objet d'une lâche attaque par un commando de militantes de l'association ukrainienne  Femen,  grassement financée par des structures mondialistes américaines pour mettre en place en Europe de l'est des gouvernements aux ordres de Washington et, chez nous, pour introduire la dissolution de la société traditionnelle et l'affaiblissement de la France. 

Des photographes et journalistes étaient évidemment dans le secret de cette machination, dont la perfide gauchiste Caroline Fourest, ex spécialiste auto-proclamée du FN et des mouvements dits "d'extrême droite". Le commando de Femen qui projetait du produit d'extincteur sur la foule, où il y avait d'ailleurs des enfants dont un en poussette sous le jet des assaillantes, a été repoussé. 

Scandale pour les grandes consciences de la pensée unique antichrétienne, de gauche ou couchées devant ses mots d'ordre qui oublient de mentionner l'agression et ne retiennent que quelques coups donnés en légitime défense par les personnes attaquées, ou  par d'autres participants à la manifestation  pour assurer leur défense.
Il aurait fallu peut-être dire merci et que les personnes aspergées continuent de recevoir dans les yeux le produit diffusé... On se reportera à l'article paru sur christroi-overblog.com qui décrit la scène et apporte un excellent éclairage sur Femen tout en rappelant, que lorsque d'autres personnes ont simplement protesté à des manifestations qui n'étaient pas organisées par des catholiques ou des mouvements de droite, les réactions ont été très souvent violentes sans que les médias aux ordres du grand capital international et cosmopolite ne viennent relater la scène avec complaisance.

Signalons à cette occasion une information qui nous est donnée sur le site de libération, toujours à l'écoute de ceux qui sont le plus opposés à la France chrétienne et à tout ceux qui ne se réclament pas du PS. Donnant la parole à Eloise Bouton, une des responsables en France des Femen, par ailleurs  membre du commando, celle ci déclare que depuis la création du mouvement Femen "les institutions religieuses sont une de nos principaux ennemis". On y apprend par ailleurs:
- que sur les corps de ces "gentilles" dames étaient écrits: "in gay we trust", "Fuck God", "Saint esprit étroit"; sur les extincteurs, elles avaient marqué "See the sperm, the holy sperm". Les slogans en anglais portaient bien la marque de ceux qui les payent;
- que  parmi les membres du commando figurait Ina Shevchenko qui s'était rendue célèbre en coupant à la tronçonneuse une croix d'un calvaire public de Kiev en signe de protestation contre les poursuites judiciaires mises en oeuvre en Russie contre les Pussy Riot et qui vit maintenant en France.

Voilà aussi la preuve  qu'on ne peut faire l'économie d'une réponse fondée aussi sur nos convictions religieuses que l'on n'a pas le droit de taire. C'est toute notre société qui est attaquée dans toutes ses composantes. A attaque globale, réponse globale.


Au fait, ce même Libération titrait sur son site du 17 septembre 2012  "Inna Shevchenko. Un esprit sein". "Cette militante du Femen, mouvement féministe ukrainien qui manifeste poitrine à l’air, lance un «camp d’entraînement» à Paris". Certaines auraient donc droit d'ouvrir un "camp d'entraînement", avec toute la connotation militaire du terme, sans que les journalistes de la pensée obligatoire s'en émeuve?

 On ajoutera ici une question: Qu'auraient dit la presse aux ordres, les mouvements de gauche, les mouvements dits "antiracistes" (mais qui ne s'émeuvent pas quand un citoyen se fait appeler de "sale blanc" de "face de craie", de "souchien"), mais aussi  les autres grands partis politiques qui n'ont qu'une crainte, celle de se faire montrer du doigt par les donneurs de leçon, si une telle agression avait été faite contre une manifestation de musulmans ou de juifs par un commando  intervenant avec des habits et des propos destinés  à porter en totale dérision la foi des manifestants? Tous auraient manifesté une indignation profonde et se seraient portés solidaires des personnes attaquées.

La force de l'adversaire, c'est aussi notre propre lâcheté. Il n'est pas mauvais que l'on sache que les catholiques, également,  n'acceptent pas qu'on ridiculise leur foi et qu'ils ne se laisseront pas mener à l'abattoir en bêlant.

Merci au média russe qui a pris la vidéo et l'a diffusée. On pourra lire également avec intérêt l'article écrit par Alexandre Latsa le 19 novembre sur le site de Radio La Voie de la Russie. C'est l'occasion ici pour saluer le grand pays ami dont il faudra bien un jour se rapprocher pour échapper au mondialisme, à l'emprise de Washington et  permettre la naissance d'une Europe de nations réellement forte,  indépendante et assise sur ses racines civilisationnelles chrétiennes.

Jean-Claude Philipot.




samedi 10 novembre 2012

Non au "mariage" homosexuel et à l'adoption d'enfants par les homosexuels

Invité à l'émission Esprit de famille sur RCF Champagne Ardenne (diffusée le 4 novembre mais pré enregistrée le 18 octobre), Jean-Claude Philipot, président de l'Association Marnaise Christianisme et Société et délégué national de Civitas répond aux questions d'Antoine Pardessus et annonce la manifestation  nationale organisée par Civitas le 18 novembre à Paris, ouverte à tous les partis et mouvements qui veulent s'opposer au projet de loi du gouvernement.
Esprit de familleLe mariage homosexuel : Jean-Claude Philipot de l'Institut Civitas